Résolutions de rentrée

keyboard-555957_1280Il n’y a pas à tortiller, c’est la rentrée ! Comme chaque année et au 1er janvier, deux dates phares dans l’année, on prend des engagements qu’on va essayer de tenir. Pour optimiser, rationaliser son temps, pour profiter plus, dépenser moins, manger mieux, rentrer tôt, ranger, classer, jeter, donner, etc. Je m’essouffle déjà tant le chantier est vaste. Cette année, c’est ma première rentrée de « boss my-self ». Alors là, comment te dire… je vais me chouchouter.D’abord, je travaille principalement de chez moi. Gros avantages pour les déplacements domicile-travail : 10 secondes, si j’ai du monde sur mon chemin. Beaucoup de souplesse, je choisis, je regroupe mes r.v sur une journée pour ma journée « Off », enfin plutôt « Out ». Du coup, j’optimise mes coûts – mon temps – mes contacts. Bien évidemment, il y a de gros dangers aussi : souplesse peut rimer avec paresse, domicile avec facile et liberté avec CB.

Après quelques mois d’activité, je partage quelques astuces éprouvées et approuvées (par moi) pour réussir son home-office quotidien.

1- Se fixer des horaires de travail, les (faire) respecter (« non, je ne peux pas faire le taxi familial, je travaille là »).

2- Prendre une pause au milieu de chaque demi-journée, cela permet de lever le nez de son écran, de s’hydrater et de s’y remettre.

3- Résister aux coups de fil persos qui peuvent s’éterniser et proposer de se rappeler plus tard, au déjeuner, par exemple.

4- Utiliser un agenda et se réserver des plages de liberté, pour faire de la veille. Pour créer, l’esprit a besoin de vagabonder.

5- Faire une To Do List réaliste, à la semaine ou à la journée selon l’activité. C’est plus jouissif de barrer que de culpabiliser parce qu’on a encore procrastiné.

6- Se lever tôt pour se mettre en mode action normalement, comme les autres. Pour ma part, pas question de bosser en pyjama, à 10 h !

7- Limiter toute implication associative chronophage. Oui aux contacts et au réseau. Non aux responsabilités qui remplissent un mi-temps. J’ai un boulot à tenir !

8- Faire vivre son réseau en programmant des déjeuners, des after-works, en participant à des présentations produits, à des ateliers en lien avec son activité ou ses clients.

9- Si l’isolement se fait sentir, il existe partout des espaces de co-working. Grâce au réseau, il y a toujours des bons plans pour un bureau en sous-location voire gratos (plutôt en TPE ou PME). Encore faut-il en parler.

10- Ranger son bureau chaque soir. Ce qui signifie, paperasse classée et merdasse jetée. On ne se laisse pas dépasser !

Plus de frustration de nature « j’ai l’impression d’avoir rien fichu sans avoir une minute à moi ». Et avec un petit tableau de bord d’activité et là je frise le nirvana. Ok, je confesse ma psycho-rigidité ! En fait, c’est très simple. J’ai reproduit l’organisation que j’avais en entreprise avec les avantages de la souplesse du travail pour soi chez soi.

Laisser un commentaire