Créer son profil Linkedin

Bubbles Com Valerie BouvardÀ peine mon profil créé (il y a quelques années), je me suis toute réjouie. Moi aussi j’existe sur les réseaux pros. Et puis, le vide. Que faire sur le réseau ? Qui contacter et qui refuser ? Quelle image pour mon profil ?

Je partage quelques règles basiques de bonne élève. A vous d’en faire vôtres ou d’en suggérer d’autres.

Savoir sélectionner

Sur LinkedIn, on ne collectionne pas les contacts comme les cartes Panini lorsqu’on était enfant.

Le plus gros répertoire n’est pas gage d’efficacité. On constitue un réseau de personnes dont l’actualité vous intéresse. Certes, il est bon d’être en lien avec des personnes qui comptent dans son domaine d’activité. Pour ma part, je privilégie celles que je connais réellement et auxquelles je peux faire appel en cas de besoin.

Après quelques mois d’utilisation, j’ai fait du ménage en supprimant quelques profils acceptés ou sollicités, pensant qu’ils me serviraient un jour, au cas où.

Dresser son profil

La photo portrait n’est pas négociable. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre mes petits camarades qui se présentent encore sans photo. La fantaisie est tolérée dans les métiers créatifs, pour les autres, jouez sur la sobriété et la simplicité.

Assumez une recherche d’emploi et écrivez en titre principal le poste pour lequel vous êtes qualifié. On est un peu là pour ça, non ?

Soignez le résumé qui s’affiche en haut de votre profil. Il doit présenter en quelques lignes votre parcours ou votre activité actuelle. On est en plein marketing de soi (cible, clients, concurrence), il faut donc choisir des termes métier accrocheurs pour être sélectionné par les moteurs de recherche.

Je me moque des copines qui ont pris un portrait tiré de photos de vacances, de nuit, ou à une cérémonie… Too much !

Mettre en valeur son CV

Relater brièvement ses expériences professionnelles avec des mots clés, des chiffres pertinents et des exemples de réalisations. Si on a la chance d’avoir une longue et riche expérience, on élague. Pas la place de tout raconter, au risque de décrocher.

Si on a au contraire un petit CV, pas la peine de s’étaler pour autant. Je sollicite des recommandations de mes managers, de mes clients, de mes fournisseurs. Le témoignage renforce ma crédibilité.

Je garde en tête le job, l’entreprise que l’on convoite à terme pour n’alimenter son profil qu’avec des contributions utiles.

Je désactive la notification à mon réseau des modifications mineures de mon profil. Revoir une formulation, une mise en forme ne justifient pas un dérangement.

Mon profil est opérationnel, basta !

Mon profil est à jour, je passe à autre chose ? Grosse erreur. On est sur les réseaux sociaux, les amis. J’alimente mon profil 2.0. En m’abonnant à des groupes qui échangent sur des problématiques qui m’intéressent. En postant ou partageant des contenus qui mettent en valeur ma facette d’expert métier. Je dépose du contenu à fréquence hebdomadaire histoire d’être bien placée sans saturer.

Si je souhaite intégrer une entreprise précise, je m’inscris à son fil d’actualités pour m’informer et potentiellement interagir.

Incognito ou pas ?

LinkedIn est clairement un réseau dont le but est de chercher des profils, de se frotter à la concurrence. J’assume et je revendique ma curiosité. Je recherche systématiquement le profil du contact que je vais rencontrer, fournisseur comme client. Mes contacts savent que je suis allée faire un tour sur leur profil, et alors ? Ce n’est pas une partie de cache-cache. Inversement, ceux qui consultent le mien ne vont pas m’embaucher ni me missionner pour autant. C’est de la prise d’infos, rien de plus.

Votre profil n’est pas encore créé ou mis à jour. A vous d’agir, plus d’excuse ! Le mien est accessible ici.

Laisser un commentaire