Qualité de vie au travail, un nouvel enjeu de com interne ?

La qualité de vie au travail (QVT) fait l’objet de fréquentes discussions. Au cœur des organisations, dans les sociétés, sur le terrain, les attentes sont fortes. Il n’est pas rare de voir des salariés mécontents se regrouper, voire se mobiliser pour tirer des sonnettes d’alarme.

Récemment, en animation sur le thème des réseaux sociaux d’entreprise, nous sommes surpris par la réaction des jeunes apprenants. Précisons qu’ils sont en Bac + 3 et en alternance. Certains d’entre eux se braquent lorsqu’on explique que les entreprises investissent dans la sécurité et le bien-être au travail parce qu’elles ont compris qu’un salarié heureux et engagé est plus attentif et productif. C’est un système gagnant-gagnant. Et là, patatras. On a mis le feu aux poudres. S’en suivent des réflexions sur les patrons qui exploitent, qui fliquent et qui abusent.

Bon bon bon. Rappelons que nos jeunes démarrent leur vie professionnelle et n’ont pas suffisamment de recul. Aussi est-ce l’occasion de leur préciser que faire du profit n’est pas sale. Au contraire, ça permet de payer les salaires, d’investir dans l’outil de production et la formation des équipes. Aucun modèle n’est idéal. Cependant, s’inspirer des meilleures pratiques peut avoir des effets rapides.

qualité de vie au travail, bubbles com

La qualité de vie au travail, c’est compliqué

Par forcément. C’est avant tout une intention et une attention. Ainsi, une TPE, une PME peut adapter de grands principes à son échelle :

  • accompagner la transformation : explication des objectifs, des ambitions et de la mise en œuvre
  • s’assurer qu’on a les meilleures équipes affectées aux bonnes tâches
  • coordonner les ressources et développer la polyvalence sur un certain périmètre : qui pour succéder à Pierre, Paul ou Jacques, sous quelles conditions
  • libérer la parole, avec un tiers, un animateur en dehors de la présence des dirigeants auxquels on fera une restitution ad hoc
  • identifier les situations fragiles : proposer des adaptations de poste, d’activité
  • développer la convivialité naturelle en encourageant des initiatives : bibliothèque partagée, échange de services, repas à thème, frigo pour stocker les courses effectuées pendant la pause déjeuner

En septembre 2017, La Fabrique de l’industrie publiait des résultats d’enquête assez surprenants : 72 % de travailleurs heureux au travail sont les plus fiers de leur entreprise dont 57 % s’estiment bien rétribués même si leur rémunération moyenne est inférieure à la moyenne nationale. Il est donc grand temps de lancer des initiatives accessibles et réalistes pour faire bouger les lignes.

Laisser un commentaire