Surmenage et charge mentale

Le surmenage et la charge mentale s’accroissent depuis la crise sanitaire. Pourtant, certaines organisations sont épargnées et vivent « quasiment » normalement. C’est à dire avec des semaines denses, des journées parfois à rallonge, des coups de fil intempestifs et une accumulation de bricoles qui perturbent la réalisation du travail. Au final, on en a plein la tête !

Nous partageons quelques trucs et astuces pour alléger cette charge mentale.

Prioriser les priorités pour moins de surmenage

Savoir distinguer ce qui est urgent de ce qui est important n’est pas une ineptie. Nous habituons trop notre cerveau à travailler dans l’immédiateté. Vous connaissez les expressions « Avoir la tête dans le guidon », « Être dans le jus ». Elles mettent en avant non pas le côté réactif d’une personne mais plus son manque d’anticipation et d’organisation.

Aussi, éduquons chacun à savoir mettre de côté ce qui est important mais peut être lu, traité plus tard, pour se concentrer sur ce qui est urgent et implique une prise en compte rapide.

Organiser sa liste de tâches avec des codes couleur. Ils intègrent cette notion de délai. Ne pas hésiter à faire évoluer ses priorités, selon le contexte. Et quel plaisir de barrer ce qui est fait…

Pour réduire le surmenage, planifier l’inactivité

Pour bien fonctionner le cerveau a besoin de pauses. Les périodes d’inactivité sont nécessaires, pour réfléchir, trouver des solutions. En journée, pour se concentrer sur une tâche, un projet, il est préférable de signaler que l’on n’est pas dérangeable. Il suffit de mettre son téléphone en silencieux, de bloquer des plages horaires sur son agenda partagé ou tout simplement de coller un papier sur sa porte. Pendant deux ou trois heures, nous pouvons mobiliser notre énergie et notre concentration et gagner en efficacité.

Bien entendu, le soir et le week-end sont des temps de déconnexion qu’il faut respecter. Pas uniquement parce que c’est légal. Mais surtout pour inciter les managers, comme les collaborateurs, à ne pas envahir leur temps libre.

Que faire des notifications ?

Que celui qui n’a jamais pris son téléphone en main à la première notification passe son chemin. Pour les autres, il est temps de sortir de la soumission à son téléphone portable. Car à chaque bip de notification, l’esprit décroche pour regarder ce qui vient de tomber. Que ce soit un bon plan pour une vente en ligne ou la publication d’un groupe que l’on suit, le niveau d’importance est souvent discutable.

Désactivez ses pollutions sonores. Vous aurez tout le loisir de lire mails et sms quand VOUS l’aurez décidé. Ainsi, pour s’affranchir de toute tentation, nous recommandons aussi de retourner le téléphone portable pendant un temps de travail concentré évitant tout regard de travers sur le fil d’actualité.

Testez et faites-nous un retour dans quelques jours. Ça nous intéresse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.