S’ennuyer est-il si grave ?

Notre société suggère que la rentrée rime avec projets, activités sportives, culturelles et vie sociale. Parfois, la rentrée c’est aussi le retour à la routine d’un travail dans lequel nous ne nous reconnaissons plus.

Les périodes de confinement ont réveillé chez beaucoup la peur du vide. Que faire pour remplir ses journées, ses soirées alors que le monde est placé sous cloche. Tous les salariés n’ont pas pu télétravailler. Certains ont subi un arrêt total et brutal les plongeant dans une grande détresse. « Je n’aime plus trop mon job mais il m’occupe et paye mes factures. » « Ma boîte est nulle mais j’ai des collègues géniaux ». « J’ai fait le tour de mon poste mais j’ai mes mercredis ».

Jouer la comédie de l’épanouissement professionnel alors qu’on se morfond dans un service stérile avec un management hors-jeu… S’infliger ça combien de temps encore ? Ne serait-il pas possible de faire bouger les lignes ?

Et c’est avec une certaine satisfaction que nous voyons chez nos clients un réveil, source de créativité. Ces périodes ont laissé à penser. Aujourd’hui, nous voyons de très belles initiatives. Les collaborateurs trainant les pieds à l’idée de retourner au bureau alors autant en faire quelque chose. De nouveaux projets émergent : créer un club de lecture, se rendre dans les écoles pour parler de son métier, organiser des ateliers créatifs. Chez un de nos clients, le vendredi c’est repas partagé. Chacun apporte un plat et la pause déjeuner prend sa vraie dimension de partage et de lien. Tout le monde a une madeleine de Proust.

Bravo à tous ceux qui ont fait d’une rêvasserie un incubateur d’idées qui font sens.

Bonne rentrée à chaque rêveur qui sommeille encore un peu. Que celle-ci permette de renouer avec un flot d’envies.

Une réponse sur “S’ennuyer est-il si grave ?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.